Skip to content

NTP, le serveur de temps

Vous avez surement déjà lu récemment des articles sur les serveurs de temps (qui permets la synchronisation horaire), un aspect souvent délaissé par le département ou les services informatique en entreprise. Si les profils du milieu NetOps et DevOps ont compris l’intérêt d’avoir un bon résolveur DNS (un autre aspect important d’une infra), concernant le NTP (les serveurs de temps), la marge de progression est encore importante…

C’est quoi NTP ?

NTP ? Le « Network Time Protocol » (NTP) est l’un des plus anciens protocoles d’Internet encore en service 🙂 . Il fut conçu pour offrir une précision inférieure à la seconde dans la synchronisation des horloges et remplace à ce titre le Time protocol (TP, RFC 868), datant de mai 1983. Ce protocole est le fruit de travaux qui ont été réalisés en grande partie par l’Université du Delaware sous la houlette du professeur David L. Mills, professeur d’informatique à l’Université du Delaware.

Schéma d’architecture des serveurs NTP

Sur Windows10 par exemple, Microsoft propose par défaut deux serveurs de temps de référence : time.windows.com ou time.nist.gov. Problème le premier répond trop souvent absent provoquant un échec de synchronisation avec toutes les problématiques que cela peut engendrer derrière…. Quand au second, il s’agit de celui du NIST (le « National Institute of Standards and Technology » du département du commerce des Etats-Unis). Ne serait-ce que pour des raisons de cybersécurité, je vous conseil de le remplacer par un autre.

Sur les appareils basé sur MacOS, Apple propose par défaut son serveur de temps maison : time.apple.com. Je n’ai pas réussit à trouver plus d’informations concernant leur fonctionnement.

Pourquoi changer son NTP 🤔 ?

A cause de la recrue d’essence des cyberattaques, le NTP est devenue une cible privilégiée dans les attaques DDoS par reflexion (comme le DNS ou le STMP). L’article récapitulatif présent sur le blog de Stéphane Bortzmeyer résume bien la situation.

Et pour anticiper ce genre d’attaques je vous invite à la lecture de ce guide de l’ANSSI : « Comprendre et anticiper les attaques DDoS« .

Vous pouvez également consulter régulièrement la page Insights du site DDoS Mon qui vous donnent les dernières statistiques du domaine.

Changer son NTP

Si le résolveur DNS 8.8.8.8 de Google vous est familier, sachez qu’il existe sont alter-ego pour les serveurs de temps. Il s’agit de time.google.com. Il à l »avantage d’être public est fiable. Si Google n’est vous plait pas, vous en trouverez d’autres sur ceux indexés par le projet NTP Pool Project* (ceux concernant la zone géographique de la France sont sur cette page). Il s’agit là du « serveur de temps » présent par défaut dans la plupart des distributions Linux ainsi que de nombreux appareils réseaux.

(*) L’utilisation de pool.ntp.org est gratuite dans la plupart des cas (cependant si vous avez un très grand nombre de clients, il est possible que l’équipe du projet vous demandent une contribution.)

Liens annexes :

Creative Commons License AttributionRepublish
Published inLes InternetsSecurité

Be First to Comment

Vous pouvez laisser un commentaire (:

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×

🇺🇸 🇬🇧 REPUBLISHING TERMS : You may republish this content online or in print under the Creative Commons license of original content.

🇪🇺 🇫🇷  CONDITIONS DE PARTAGE : Vous pouvez republier ce contenu en ligne ou sous forme imprimée est respectant la licence Creative Commons en vigueur.

 

License

Creative Commons License AttributionCreative Commons Attribution
NTP, le serveur de temps